5 méthodes pour stimuler la créativité d’une équipe

Vous voulez lancer un nouveau produit ? Vous souhaitez vous diversifier ? Vous cherchez un nouveau nom ? Voici cinq techniques à mettre en place avec votre équipe.
Avec un peu de sérieux et beaucoup d’imagination, les résultats de ces méthodes de management par l’innovation peuvent être surprenants !

 

1/ Le brainstorming

Cette méthode de stimulation créative est basée sur le principe suivant : plus on a d’idées, plus on de chances d’en trouver de bonnes.
La pratique montre que les bonnes idées sont souvent les descendantes d’idées moins bonnes voire mauvaises. Ces « mauvaises » idées ne sont pas applicables telles quelles. Mais en les énonçant, il arrive fréquemment qu’on enclenche par association d’autres idées, bien meilleures. Dans ce cas-là, la quantité favorise la qualité.
Un brainstorming d’équipe consiste à proposer chacun son tour une idée, un mot en lien avec un problème, mais sans réfléchir et surtout sans censure. Deux principes sont à respecter :

  1. Ne pas émettre de critiques ni de jugement de valeur
  2. Dire tout ce qui passe par la tête y compris les idées les plus farfelues, même si cela n’a rien à voir avec le problèm

N’oubliez pas de noter chacun des propos.

 

2/ Le brainwriting

Il s’agit d’un brainstorming auquel on ajoute une contrainte : le silence. Au lieu de parler, on note ses idées sur un papier et on les passe à son voisin, qui fait de même avec le sien et ainsi de suite. À la différence du jeu du cadavre exquis, on ne masque pas les mots précédemment écrits.

L’avantage du brainwriting est de préserver l’anonymat et donc d’obtenir des propositions encore plus farfelues qu’avec le brainstorming.

 

3/ Le hasard fécond

C’est la méthode préférée des gymnastes des neurones. Il s’agit de partir d’un mot pris au hasard (dans le dictionnaire par exemple). Ensuite on dérive à partir de ce mot soit par association d’idées, soit par analogie (similitude entre des choses ou des idées de nature différente) jusqu’à ce que, d’une façon ou d’une autre on revienne au problème posé. On est alors sûr de revenir à ce problème par un chemin inattendu, ce qui peut conduire à une solution qu’il eut été impossible de découvrir en partant du problème lui-même.

 

4/ Les cinq « pourquoi »

Cette méthode intervient au moment de l’évaluation d’un projet ou de la prise d’une décision.

Il s’agit de poser la question « pourquoi » sur l’objectif énoncé, puis « pourquoi » à chacune des réponses énoncées. L’idée est de remonter à l’objectif véritable et de trouver une solution simple plutôt que de répondre à la question posée, qui n’est peut-être qu’un moyen. La personne évaluée est généralement le futur chef de projet. Même si cette méthode peut créer de l’irritation, elle est utile pour vérifier la qualité d’une idée, les vraies motivations et objectifs d’une personne et de son projet.

Exemple :
– Pourquoi voulez-vous monter cet événement ?
– Parce que l’entreprise va mal.
– Pourquoi l’entreprise va mal ?
– Parce que les clients se détournent de notre marque.
– Pourquoi ?
– Parce que nous ne sommes pas assez modernes.

Ici l’objectif n’est pas de monter un événement mais de se moderniser. L’événement n’est qu’un moyen, et peut-être pas le plus efficace.

 

5/ Le martien

Cette technique, tout comme celles des cinq « pourquoi » est davantage utilisée pour mettre en perspective une idée de projet et vérifier sa pertinence.

Le martien ignore tout du fonctionnement des organisations humaines, il n’a pas de logique et est très curieux (un peu comme l’enfant finalement). Avant d’attaquer la résolution d’un problème, il est amusant et instructif de demander à un participant d’oublier tout ce qu’il sait et de poser les questions qui lui passent par la tête sur le sujet à traiter. Cela fait rapidement ressortir les contradictions entre le papier et la réalité et ouvre de nouvelles perspectives pour le projet.

Il s’agit finalement de penser une idée autrement à partir de questions « absurdes ». Certaines entreprises utilisent volontiers les stagiaires comme martiens, profitant ainsi de leur méconnaissance de l’entreprise et de leur spontanéité.

L’exemple avec un ancien président d’une célèbre marque de bière qui raconte que l’un des stagiaires lui demande un jour « pourquoi les fûts sont-ils transportés allongés ? ». Question à laquelle il répond « cela fait cent ans qu’on fait ainsi » et le stagiaire de continuer « placés debout on peut en ranger quatre au lieu de trois ». Bilan, l’entreprise a fait une économie de 2 millions d’euros.

 

En savoir (+)

Pour en savoir plus sur le management de l’innovation et les méthodes créatives, vous pouvez consulter le livre Une fourmi de 18 mètres… ça n’existe pas : la créativité au service des organisations de I. Gavriloffet B. Jarrosson, 3e éd., collection Progrès du Management, Dunod, 2011, 240 pages.

 

9 Comments

  • David Etchegarai dit :

    Bonjour,

    Merci pour ces définitions. Je ne connaissais pas le « brainwriting », maintenant c’est chose faite.
    Pouvez-vous me recommander d’autres références de livres sur cette thématique ?

    Cordialement,
    DE.

  • Dunod dit :

    Bonjour David,

    Contente de vous avoir fait découvrir la technique du brainwriting.

    « Une fourmi de 18 mètres… ça n’existe pas » est un livre très intéressant mais si vous cherchez un autre ouvrage du même genre je peux vous conseiller : « Vendez vos idées à votre entreprise. L’innovation participative, un outil pour valoriser votre créativité » de Didier Jansoone (éditions Dunod). Voici le lien : http://bit.ly/oFomYh

    Bonne journée.

  • fafa dit :

    SVP est ce que quelqu’un peut me dire la définition des 3 grands types de marketing:
    *marketing stratégique je connais très bien
    *marketing d’études je connais pas
    *marketing opérationnel je connais pas aussi
    PS: il ya beaucoup de déf sur internet mais j’arrive pas à bien comprendre.

    • Dunod dit :

      Bonjour Fafa,

      En voilà une bonne question. Je vais aller la poster sur la page Facebook de la communauté pour voir si il y a des réactions. En attendant j’ai fait un petit sondage auprès des marketeurs qui m’entourent et voilà ce qu’il en ressort :

      > Le marketing d’études ou études marketing correspond plutôt à toutes les analyses et études concernant les marchés, la cible, les retombées, la concurrence, etc. qui interviennent en amont ou aval d’une campagne de communication.

      > Le marketing opérationnel est un terme plus général qui désigne le marketing-mix aussi appelé le marketing des 4P et qui concerne donc les 4 « P » : produit, prix, communication et distribution.

      J’espère que c’est un peu plus clair pour toi ? Va jeter un coup d’œil sur ce lien d’ici quelques heures et tu auras peut-être d’autres réponses ;-). http://on.fb.me/AgIMib (page FB)

      Bon courage !

  • Emanuele dit :

    Tre8s bon article, il me seblme en effet que les proble8mes de prostitution et d’e9ducation que vous citez sont intimement lie9s e0 la mise8re structurelle qui frappe la majorite9 de la population, ce qui s’observe he9las dans beaucoup d’autres re9gions du globe.Meame si cette prostitution est consentante, ( disons pre9fe9rable e0 la mise8re, ce qui est fort possible ), on peut se demander pourquoi le meame phe9nome8ne n’apparait pas de fae7on aussi nette chez nous.Je suppose he9las que la situation e9pouvantable des enfants des rues e0 la merci de la drogue et de la prostitution ( e0 un e2ge of9 nos enfants savent e0 peine parler ) ne s’est guerre ame9liore9e et ne prends pas le bon chemin. La prostitution ne doit pas arranger la natalite9 et la pauvrete9.Pourtant les solutions existent, l’e9ducation gratuite pour tous serait de9je0 un bon de9but. Que font les politiques locaux?Vous parlez de traditionalisme religieux radical , avez vous des difficulte9s e0 convaincre ces femmes d’utiliser des moyens de contraception et de protection contre les MST?Bon courage e0 vous.

  • Mathieu dit :

    Il existe désormais un outil en ligne pour ça.
    http://www.brainztorming.fr
    Leur système permet de partager un brainstorming avec son réseau, sa communauté facilement et en plus de poster des idées, les participants peuvent voter ce qui permet de faire un premier tri. Cet outil existe en version gratuite ou pro (payante).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *