Pourquoi PowerPoint appauvrit-il le travail des marketeurs ?

Vous le faites quasiment tous les jours. Inconsciemment. Ignorant le danger, vous recommencez. Encore et encore, comme un réflexe, vous vous y laissez prendre. Avouez-le : vous imprimez des PowerPoint. Sur les 700 présentations qui sont faites à travers le monde chaque seconde, bon nombre sont imprimées. Au détriment de la pensée, du sens critique et de l’intelligence.

 

Pro, perso, politique… L’overdose de PowerPoint

« Et pour ceux qui n’auront pas pu assister à la réunion, les slides leur seront envoyées ! » : combien de fois avons-nous entendu cette remarque d’apparence anodine ?

Combien d’e-mails contenant une présentation PowerPoint en pièce jointe recevez-vous chaque semaine ? Des dizaines. Des centaines. Soyons honnêtes : ça ne choque personne. C’est tout le problème.

Aujourd’hui, on fait des PowerPoint pour tout, sur tout, dans toutes les sphères de l’entreprise, mais également hors du monde des affaires : le  Général Stanley McChrystal, Commandant des Forces Alliées en Afghanistan il y a encore quelques années, expliquait subir ainsi une quinzaine de présentations PowerPoint chaque semaine dans le cadre de sa mission opérationnelle. Les officiers de l’armée américaine fraichement diplômés de West Point passent tellement de temps à peaufiner des slideshows qu’on les surnomme affectueusement «les PowerPoint Rangers»… A tel point que le New York Times, en avril 2010, titrait en gros : «We have met the enemy and he is PowerPoint».

 

Au royaume du marketing, PowerPoint est roi

Dans le monde du Marketing, PowerPoint est LE support incontournable. Si l’on interrogeait un panel de 100 professionnels du marketing, pratiquement 100% d’entre eux répondraient travailler sur le logiciel. Le problème, c’est que contrairement à l’armée américaine, aucun professionnel du marketing ou de la communication ne semble réaliser l’ironie qui frappe cette addiction à PowerPoint. «Addiction», le mot est volontairement fort, car trop souvent, nous entendons des managers pressés demander à ce que n’importe quel document Word faisant plus de 2 pages qui leur est présenté leur soit représenté sous forme de quelques slides PowerPoint. Comme si on pouvait réellement «lire» des slides PowerPoint, ces «rots» de pensée appauvrie, étriquée dans une «zone de texte» si limitée. Comme si passer d’un format texte à un format slide n’avait aucune incidence sur le contenu. La forme influe sur le fond, puisque «the medium is the message», disait McLuhan.

 

L’illusion de l’efficacité

Aujourd’hui, tout le monde est pressé. En marketing, particulièrement. La concurrence est rude, tous les jours. Alors on essaie de gagner du temps. Lorsqu’on prépare une présentation ou une «reco» client, on sait d’avance qu’elle sera à la fois présentée à l’oral, envoyée par mail et imprimée. Or PowerPoint a été conçu, malheureusement, pour être imprimé et envoyé en pièce jointe. S’il s’était contenté de son rôle d’outil de présentation, nombre de catastrophes auraient sans doute pu être évitées (cf. l’accident de la navette spatiale Columbia). Pour les pros du marketing qui vendent finalement leurs idées donc leur temps disponible, gagner du temps, c’est gagner de l’argent. Recourir à un outil qui donne l’illusion de l’efficacité par son côté «couteau suisse» est donc devenu bien vite naturel, ce qui explique les 30 millions de présentations PowerPoint créées chaque jour dans le monde.

 

Vous savez bien que quelque chose cloche

Comme les Généraux américains, comme les journalistes du New York Times, comme Frank Frommer (auteur de « La pensée PowerPoint, enquête sur un logiciel qui rend stupide »), vous savez au fond de vous qu’il y a un souci avec ce logiciel.
Vous avez fait de longues études, écrit des mémoires, des notes de synthèse, des dossiers. On vous a formé pour penser, imaginer, réfléchir. Au nom de quoi êtes-vous donc obligé de le faire dans cette prison cognitive qu’est PowerPoint ? Pourquoi vos idées, vos démonstrations, vos raisonnements, dont on attend de vous qu’ils soient riches – c’est même pour ça qu’on vous paie!- devraient impérativement tenir en deux slides trois bullet points ?

 

Le nivellement par le bas de l’intelligence

Comme vous savez que votre présentation sera imprimée et envoyée par mail, donc lue en l’absence de vos commentaires d’orateur, vous écrivez l’ensemble de votre intervention sur vos slides, pour vos futurs lecteurs. Mais comme il n’y a pas assez de place pour tout écrire, vous tronquez vos phrases, compressez votre information, remplaçant la concision, effort intellectuel, par la compression, perte sèche d’informations. Le résultat est à la hauteur du paradoxe qui vous est demandé : un document contenant trop de texte pour une présentation orale, et un document écrit trop pauvre pour être vraiment lu, et donc véritablement compris. Votre auditoire, qui lit plus vite que vous ne parlez, s’ennuie et décroche. Et ne retient rien de ce que vous lui présentez. Alors, on reprogramme une réunion, «pour approfondir». Et on la contracte sans le savoir, cette terrible maladie moderne qu’est la réunionite…

 

Prezi, PowerPoint killer et presenter friendly

Imaginez maintenant qu’il existe un outil de présentation qui ne vous autorise pas à imprimer ni envoyer par mail votre présentation. Un outil qui vous encourage à recourir au visuel plus qu’au «copier-coller-projeté». Un outil qui vous replace, vous orateur, au centre de votre présentation. Un outil utilisé chez Google, chez Facebook, dans les célèbres conférences TEDx, à Harvard….Que se passerait-il ?

1.    Vous retrouveriez une vraie créativité à chaque présentation ;
2.    Vous seriez obligés de travailler votre oral, ce qui est toujours nécessaire et qu’on a vraiment tendance à oublier ;
3.    Vous redeviendriez donc un meilleur orateur, plus engagé, que l’auditoire aurait alors plaisir à écouter ;
4.    Vous prépareriez une rapide note de synthèse de votre intervention pour les absents, faite de phrases construites, avec des conjonctions de coordination, des verbes conjugués, bref, de l’intelligence.

Au final, vos idées seraient plus efficacement transmises, mieux retenues, et le bilan global d’intelligence généré de votre côté comme du côté de votre auditoire serait nettement supérieur à celui qu’aurait généré un PowerPoint. Ce logiciel existe, c’est Prezi. Une vraie bouffée d’oxygène dans un monde dominé par l’écosystème PowerPoint, inefficient et dépassé, parce que conçu dans les années 80. Il y a 32 ans ! Après les rétroprojecteurs, après PowerPoint, laissons maintenant la place au 21ème siècle.

 

En savoir (+)

Consultez le livre « Stop au PowerPoint ! Réapprenez à penser et à présenter ! » écrit par Nicolas Beretti (Dunod, 2012)

 

19 Comments

  • Bonjour
    pourquoi pas …. je partage relativement votre avis quant à PPT…. le probleme de prezi est qu’il est full Flash ! et meme si « iPad friendly » il n’en deumeure pas moins que sa compatibilité avec certaines unités mobile est encore aléatoire …..
    A suivre
    bonne journée

    • Makash dit :

      La question soulevée est fondamentale, mais le problème, ce n’est pas powerpoint, c’est la paresse et/ou le manque de temps. Powerpoint doesnt kill people, but people kill people. Il est tout à fait possible de faire des prezi verbeuses.

      J’utilise Prezi depuis près de 2 ans, c’est un formidable outil qui sert la pensée conceptualisé, la pensée en 3D. Par le passé j’ai fait des ppt correctes, très visuelles avec un minimum de texte (dédoublées avec des diapos cachées qui en contenaient bcp mais n’apparaissaient pas en mode diaporama). Malgré tout, ppt reste 2D, très linéaire. Le défaut de ppt est là.

      Mais encore une fois, le problème n’est pas l’outil, ce sont les gens qui l’utilisent. Un gars comme Garr Reynolds fera encore mieux avec Prezi, mais est déjà très, très bon avec ppt.
      http://www.youtube.com/watch?v=DZ2vtQCESpk

      @Philippe Maille
      Je ne vois pas trop le problème full flash. Il suffit d’avoir un PC ou un Mac pas trop vieux, à jour d’Adobe Flash. Il y a une version offline, etc. Je n’ai jamais eu de bug en présentation.

      • Nicolas dit :

        Bonjour,

        Tout à fait d’accord avec vous. C’est tout le propos de mon livre : le problème c’est fondamentalement l’usage qui est fait de l’outil – et son hégémonie : quand la main n’a plus le choix de l’outil, qui utilise qui ?
        Cela dit, PowerPoint a aussi en lui-même les germes de son inefficacité, ne serait-ce que par son « architexte », c’est-à-dire la façon dont il amène la pensée à prendre forme matérielle (par écrit). Tout support (papier, CMS de blog, logiciel…) impacte la production de sens. PowerPoint encourage particulièrement l’expression tronquée, réduite ; il incite à recourir çà des graphiques et des formes pour en mettre ‘plein la vue » au détriment du sens ; enfin il encourage à imprimer et envoyer ses slides en PJ, ce qui est donc un mauvais réflexe parce qu’on le « lit » pas un PowerPoint.

        • Patrick3394 dit :

          En effet, on ne lit pas un PPT. Sauf que, si la présentation est pdf-isée, et si elle a été bien faite (pas comme un PPT habituel), on exporte les commentaires, là ou devrait être le texte. Certes, il vaut mieux avoir été présent à la présent…ation et donc on ne devrais pas « envoyer » le PTT.

          • Nicolas dit :

            « Il vaut mieux avoir été présent à la présent…ation » : vous avez tout résumé avec en plus le sens de la formule ! 🙂

  • Nicolas dit :

    Bonjour,

    J’imagine que comme pour toute innovation technologique, un peu de temps est nécessaire pour qu’elle soit parfaitement au point…
    Cela dit, pour une présentation devant un auditoire, c’est surtout via un rétroprojecteur que je recommande l’usage de Prezi à la place de PowerPoint. Pour une discussion en 1 to 1, Prezi sur tablette – à mon sens – n’est pas d’une utilité absolue…rien ne remplace un véritable échange non balisé quand on peut le faire.

    Passez une belle journée également,

    Nicolas

  • Makash dit :

    « Les germes de son inefficacité », vous avez sans doute raison. Pour moi, le germe est son irrémédiable linéarité, alors même que la pensée humaine est multi-dimensionnelle.

    Courant le risque de voir son logiciel discrédité, Microsoft devrait prendre les devants, et mener une campagne mondiale sur le thème: la présentation, c’est VOUS, pas la PPT !!!

    Je ne suis pas tout à fait d’accord avec votre argument « architexte »: ppt ne force personne à l’utiliser comme traitement de texte ! Sur slide-share, il y a de nombreuses présentations très visuelles et très digestes. On peut insérer de multiples formats de vidéos, d’image, etc.

    Avant que je rencontre Prezi, j’avais 2 techniques principales pour que la projection reste visuelle: les diapos dédoublées (la deuxième en mode texte exhaustif, mais cachée lors de la projo), ou mettre simplement le texte dans la partie « commentaires » en bas, et faire une version pdf du ppt en imprimant « avec commentaires », pour circulation par mail. Donc, même si des circonvolutions sont nécessaires (=germes de l’inefficacité, c’est bien vrai!), on peut faire, dans un même doc PPT, une version « à lire » et une version « à projeter ».

    Je vous confirme que Prezi est parfaitement au point techniquement ! Et les possibilités et fonctionnalités s’enrichissent de jour en jour. Je vous rejoins dans l’argument que Prezi n’est pas d’une utilité absolue sur iPad ou iPhone !

    Sinon, ça fait des années que je m’escrime à expliquer dans l’entreprise où je travaille que les ppt verbeuses sont totalement à proscrire, sont contre-productives. Je n’ai jamais rencontré que du scepticisme, de l’incompréhension ! C’est un drame !

    • Nicolas dit :

      C’est un drame, mais ensemble, nous vaincrons !! 🙂

      Je lis que vous avez néanmoins déjà bien réfléchi au problème PowerPoint. Si j’avais su je vous aurais interviewé(e) avant d’écrire mon bouquin !

      Merci de votre commentaire, à bientôt et courage ! la slide finira par être vaincue…

  • Très bonne analyse. Il faut effectivement utiliser PowerPoint comme un outil d’aide à la présentation. Voici les 7 choses à faire pour créer un PowerPoint vraiment efficace

  • Jean-Damien dit :

    Bonjour,

    Votre article a l’air intéressant, il est cependant très long.
    Pourriez-vous m’en envoyer un résumé sous forme de bullet-points ?

    Merci bien !
    Jean-Damien

  • Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la peste…

    Je vous cite : « Comme vous savez que votre présentation sera imprimée et envoyée par mail, donc lue en l’absence de vos commentaires d’orateur, vous écrivez l’ensemble de votre intervention sur vos slides, pour vos futurs lecteurs (…) »

    Savez-vous qu’en dessous de chaque slide il y a une zone illimitée pour des commentaires ? Savez-vous que vous pouvez parfaitement y écrire votre discours et toutes autres notes à destination des présentateurs qui devront rejouer la présentation ?

    Si cette zone n’est pas utilisée, ce n’est pas la faute de l’outil. La fonctionnalité est bien présente.

    Et dire que Powerpoint tue la créativité pour promouvoir Prezi… comment dire. Ca prête tout de même à sourire.

    Bonne continuation 🙂
    S.C.

    • Nicolas dit :

      Bonjour,

      Merci de votre commentaire !
      Votre remarque est tout à fait justifiée à ceci près qu’elle ne prend pas en compte le fait que la question de la zone des commentaires est traitée dans mon livre, pas dans cet article bref destiné à Marketing Community. En outre, faites un rapide sondage autour de vous et vous verrez que la zone de commentaires est très peu utilisée dans la pratique, malheureusement.

      De même, dans le livre toujours, vous verrez que je ne fais aucunement l’apologie de Prezi de manière naïve. Cet outil permet seulement d’éviter une partie des biais cognitifs provoqués par PowerPoint, mais en aucun cas il rendra bon orateur un mauvais orateur, ni créatif quelqu’un qui réfléchit avec Excel…

      Belle soirée à vous et bonne continuation!

      Nicolas

  • Frederic dit :

    J’ai lu le livre avec attention, car je suis depuis de longue date frustré par l’usage de PowerPoint et c’est avec plaisir que j’ai découvert et utilisé Prezi.
    Au final les différentes solutions présentent chacune des avantages et des inconvénients (il y a de très bonnes présentations PPT ou Keynote et des présentations Prezi juste horribles).
    Comme pour beaucoup de choses c’est avant tout l’ouverture d’esprit, le talent du concepteur de la présentation et sa capacité à se mettre à la place de ses auditeurs qui font la différence… et du temps, car une belle présentation ça se travail.
    Néanmoins bravo pour le travail sur ce sujet, car il permet de se (re)poser les bonnes questions.

  • Je vous remercie pour cet article assez original. Powerpoint est connu pour ses atouts, et votre article présente des critiques qui semblent logiques.

  • Effectivement, je suis tout à fait d’accord avec le faite que power point empêche l’invention de nouvelles idées pour présenter ses idées et faire passer ses messages. Il bloque l’innovation.

  • Tout à fait, powerpoint est un logiciel qui interdit la compréhension des idées, et surtout lorsque l’on sait d’avance qu’on aura la présentation imprimée suite à l’exposè.

  • Davy-Topiol dit :

    Pour moi, powerpoint reste toujours un outil efficace pour mettre l’accent sur certains points surtout lors des réunion de présentation des produits ou bien des service. Grâce aux techniques du diaporama, il capte l’attention de l’auditoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *