Pourquoi entrer en coopétition ?

La question des enjeux de la coopétition est importante car elle porte en elle les facteurs clés de l’évolution de la stratégie des deux mondes, celui de la compétition et celui de la coopération. Pourquoi les firmes se lancent-elles aujourd’hui dans des stratégies collectives ? Quand décident-elles de passer d’une relation « gagnant-perdant » à celle de « gagnant-gagnant » ?

Les enjeux et les inconvénients de la coopétition

Si la coopétition – qui consiste à entrer en concurrence sur certains aspects et coopérer sur d’autres – offre la possibilité d’atteindre des bénéfices réservés à ces deux types de stratégie, son principal enjeu réside dans l’accès au savoir et au partage des connaissances. Le nouveau savoir partagé doit permettre aux acteurs d’augmenter leurs intérêts communs et l’utilisation de ce savoir par chacun doit conduire à la réalisation de gains individuels dans l’objectif de dépasser ses partenaires. Les firmes impliquées dans des jeux de relation tirent ainsi profit les unes des autres, tout en se concurrençant sur les ressources internes ou sur les parts de marché. Ce savoir permet notamment :

  • l’accès à des ressources et à des compétences rares
  • la réduction des coûts de transaction
  • l’obtention d’une taille critique
  • l’accroissement du pouvoir sur le marché
  • le développement du capital social et relationnel
  • la réduction des risques face à l’incertitude
  • la neutralisation d’un concurrent
  • l’ouverture et la création de nouveaux débouchés

Cette connaissance assure aussi aux organisations un avantage concurrentiel à moyen et long termes, porteur d’innovation. Globalement positive, la coopétition comporte néanmoins quelques inconvénients dans la gestion du paradoxe de la relation qu’elle initie entre les acteurs, engendrant une perte d’autonomie et un risque de comportement opportuniste qu’il faut apprendre à gérer.

Grandir pour s’adapter

Face à la mondialisation et à la concurrence internationale accrue, les firmes font l’apprentissage des contraintes des marchés mondiaux et prennent conscience de la nécessité d’obtenir une taille critique pour les intégrer. Elles ne peuvent plus pourvoir, comme par le passé, à l’augmentation incessante de leur budget de R&D et se retrouvent dans l’obligation de travailler avec d’autres firmes pour innover, d’autant que le cycle de vie des produits a été globalement réduit par les fabricants avec la montée en puissance de l’obsolescence programmée.

Pourquoi adopter la coopétition ?

L’environnement joue un rôle important en matière de coopétition mais les principales raisons internes du choix de ce modèle relationnel par les entreprises résident dans l’impérieuse nécessité de réaliser des économies et de développer de nouvelles compétences clés pour l’avenir. Avant tout, toutes les entreprises qui décident de coopétiter revendiquent le besoin de réduire leurs coûts qu’elles répartiront entre les coopétiteurs. Le souhait de développer de la valeur en accédant à de nouvelles ressources, puis de la capturer dans une relation « gagnant-gagnant », les guide également. L’obligation de neutraliser un concurrent par la collaboration est aussi un moteur de cette stratégie. Enfin, la lutte contre l’incertitude par des stratégies de diversification ou de verticalisation, par l’amont ou l’aval, conduit souvent les organisations à la mettre en oeuvre.

Le management de la coopétition en 4 figures possibles

 

Extrait de :

Coopétition en action
10 leviers pour élaborer et déployer votre stratégie
Collection : Stratégie d’entreprise, Dunod
Parution : septembre 2017
Saphia Richou
Voir la fiche détaillée du livre

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *